Je change de vie

​C

​Article polémique

8 choses que les anti-développement personnel ne comprendront jamais

​Vous n’êtes pas un inadapté social ou quelqu’un de moins bien

Pourtant, c’est l’image que les anti développement personnel voudraient vous coller à la peau. Ils pensent que vous n’aimez pas leur monde, le monde de la matérialité, le monde du concret.

Que vous ne les respectez pas, que vous ne comprenez pas que ce que vous voulez pour vous et que vous perdez votre temps et votre énergie à des actions un peut trop futiles.

Et pourtant

Vous aimez et respectez tout un chacun. Vous aimez tellement tout le monde que vous en arrivez à penser aux autres en premier plutôt qu’à vous. Vous êtes bien conscient que quelque chose ne vas pas.

Alors, qu’est-ce que les anti développement personnel ne comprendront jamais sur votre passion ?


1. Ils ne comprennent pas que la vie, ce n’est pas tout noir ou tout blanc…

Une des choses les plus frappantes quand vous parlez avec les rationalistes, c’est qu’ils pensent que travailler sur soi et apprendre à développer une meilleure conscience de soi est une sorte de permis de se dédouaner des obligations imposées par la société. On donnerait ainsi la possibilité à une bande de joyeux illuminés de changer des règles millénaires en imposant un nouveau code social.

Pour information, rappelez-vous les premiers chrétiens et la réaction des romains…

C’est bien évidemment faux. Le développement personnel est une pratique de libération et est respectueuse de chacun. C’est même le contraire de l’esclavage.


2. et que la majorité des étudiants de la lumière les respectent

Le vivre ensemble ne peut être accepté par tous que si tout le monde se respecter. Et l’écrasante majorité de ces nouveaux étudiants obéissent à ces principes. Alors pourquoi cela ne se ferait pas dans les deux sens ?


​Je met au défit n’importe qui d’agresser quiconque et d’imposer par la force et l’intimidation un modèle prédéfini et ne voir aucune réaction chez la partie adverse. C’est quasiment impossible. Pourtant les faits nous montrent le contraire, les étudiants de la lumière, très empathiques, ressentent cela comme extrêmement violent.

Les problème surviennent lorsque les rationalistes cherchent par tous les moyens à conserver leur pouvoir de domination sur les pensées. Lorsque la domination d’un modèle sociétal est imposé comme seule voie de liberté et d’accomplissement.

La pratique de la pleine conscience (de soi) devient pour alors pour eux une dérive dangereuse qu’il est prudent de tuer dans l’œuf. Pour ma part, je ne peux cautionner de tels actes. Je n’ai pas de respect pour ces pratiques d’un autre temps, bien que je sache que chacun évolue à son rythme et je connais des hypers rationalistes qui ont bifurqué en cours de route.

3. Les anti développement personnel tuent plus qu’ils ne croient


À commencer par eux-mêmes !

À chaque fois qu’une personne me critique et me demande pourquoi (selon lui), je perd mon temps pour ces choses futiles, pour ne pas dire puériles, je lui demande s’il croit en lui !

Bien souvent, mon interlocuteur ira (en cachette) consulter un voyant ou ira faire une prière en déposant un cierge, mais aura beaucoup de difficultés à l’assumer réellement.

Le fait est que nous vivons dans une société qui ne reconnait pas le droit à la différence. Et nous l’avons toutes et tous appris depuis l’école. Pas une tête ne doit dépasser. L’école de la république ne vise qu’une seule chose. L’uniformité.

Nous sommes tout doucement empoisonnés, petites doses par petites doses.

Ce que refusent de voir les rationalistes, c’est qu’eux-mêmes sont aussi du voyage. À leur défaut, ils sont aussi les victimes d’un système qui les écrasent, ne s’en rendent tout simplement pas compte ou n’en sont pas conscients ou refuse de le devenir.

Ils pensent qu’ils possède une certaine maitrise, ont des diplômes qui leur permettent de ce sentir protégés et reconnus comme de fidèles serviteurs. Mais combien d’entre eux connaissent en bout de parcours le burn-out ?

C’est ça l’obéissance aux maitres ? C’est ça se tuer à la tâche pour rester un être apprécié, aimé et reconnu.

Reconnu par qui ? Par la matrice !

Mais je rester persuadé que deux mondes différents peuvent coexister harmonieusement. Le monde des pour et le monde des contres.

Vous rappelez-vous ce comte pour enfants (adultes compris) ?

Les voyages de Gulliver

On y parle d’œuf et de deux clans de lilliputiens qui s’affrontent en joutes terribles pour déterminer si l’œuf doit être ouvert depuis le haut ou depuis le bas.

La morale de cette histoire terrible, c’est…

Un œuf reste un œuf, qu’on le casse depuis sa base haute ou depuis sa base basse. Et cet œuf est une chose partagée par les deux clans. Vous voyez ainsi à l’œuvre la bêtise et l’ignorance dans toute sa spectaculaire dimension.


4. L’impact écologique du développement personnel est infiniment moins élevé que celui de leurs modes de vie

Les étudiants de la pleine conscience de soi comprennent parfaitement les équilibres naturels. Il sont écolos, déjà par eux-mêmes. Il savent que le prix de la vie ne se résume pas à la possession d’une voiture de luxe, à de beaux bijoux ou au dernier rouge à lèvres de la marque machin.

Les étudiants de la pleine conscience ressentent que les enjeux du changement de modèle sociétal commencent par eux. Il savent de manière innée que le changement viendra et qu’il vaut mieux déjà s’y préparer, spirituellement.

Pour les anti-changement, ce n’est qu’une gabegie et continuer à contrôler le monde coule de source.

À côté de cela, nos modes de vie modernes ont des conséquences dramatiques sur le devenir de l’humain dans sa totalité. Par exemple, l’industrie pharmaceutique encourage la prise de neurotropes et/ou d’anxiolytiques pour soigner la dépression en s’attaquant à ses effets, mais jamais aux causes de celle-ci.

Des millions de personnes deviennent esclaves de ces procédés et se retrouvent totalement à la merci de ces géants du markéting. On arrive à des déserts émotionnels immenses. On sacrifie l’essentiel au profit de la rentabilité.

L’être humain devient une marchandise comme les autres.

La réalité ? C’est que nos modes de vie sont devenu obsolètes, qui plus est, ce sont des désastres émotionnels. Quiconque se prend à rêver de changer les règles devient du même coup un ennemi à abattre.

Quantités de maladies et somatisations ou considérées comme telles ne le sont pas en réalité. C’est leur traitement inapproprié qui en font des désastres de l’écologie humaine. L’homme n’est pas fait que de chair, de sans et d’os. Il est bien plus vaste que cela, il est un univers à lui tout seul.

Les anti développement personnel regarde la vie qu’à travers un trou de serrure. Ils développent ainsi une vision limitée, parcellaire, pour ne pas dire fausse.

5. Ils ne comprennent pas que la nature de l’homme, c’est le principe du changement

Au cours de sa vie, un homme changera autant de fois d’avis qu’il vivra d’années de son incarnation. C’est un point qui marque l’évolution de tout un chacun et j’y tiens tout particulièrement.

C’est pour cela que les gourous de la croissance personnelle me choquent. À les entendre, il n’y de prérogative à l’évolution que leur procédés que je trouve douteux à plus d’un titre.

C’est remplacer un pouvoir de contrôle par un autre !

Et puis ce qui me débecte le plus, c’est que ces gourous ne vous propose qu’un monde de joie, de légèreté, d’insouciance, alors qu’il est prouvé que c’est par le théâtre des ombres que nait toute lumière. Ils en oublient « volontairement » qu’avant de voir d’où vient la lumière, il faut d’abord voir son ombre ».

Plantez un bâton dans le sol un jour ensoleillé. Vous pourrez tout naturellement situer la course de l’astre solaire à sa courbe au sol. Il n’y pas plus simple et défendable comme preuve.

De même. Avez-vous vraiment observé un arbre ?

L’arbre est composé de 3 parties. Il y a les racines, le tronc et enfin la ramure.

Toute la solidité de l’arbre, c’est son ancrage à la terre nourricière. Simplement, ses racines sont enfouies à la vue, dans la noirceur la plus totale. C’est de cette noirceur opaque que l’arbre va pouvoir s’élever vers le ciel, transmuter son énergie de vie par le tronc et créer une expansion par ses branches.

L’arbre est donc la représentation parfaite du principe alchimique du changement par la transformation intérieure.

Il est à l’image de l’homme

Voilà le débat. Élever l’homme au-dessus de sa propre nature

La sécurité intérieure ne viendra jamais de la possession des biens matériels. Ils n’en sont qu’une illusion. On repart de cette incarnation comme on est venu. Tout nu !

La vie est changement et pour les anti développement personnel, ce changement perpétuel représente une grande source de danger et une énorme source de stress. Alors, avec vos idées de nouveau paradigme à la bouche, vous les mettez en face de leurs peurs les plus profondes.

Ce qu’il ne veulent pas comprendre, c’est qu’ils se croient à l’abri assis sur les branches de l’arbre, ils pensent dominer les situations car ils sont en position haute, mais ce qu’ils ont oubliés, c’est que leur sécurité va dépendre essentiellement de la base de leur support, c’est-à-dire, l’enracinement de celui-ci.

6. Les changements sont nécessaires et vitaux

Est-ce que l’homme a intérêt à intervenir sur son arbre intérieur ou simplement le laisser pousser anarchiquement ?

Est-ce que l’homme est destiné à dominer la nature ou à s’en inspirer pour sa propre croissance ?



Comment changer de vie !

Les information essentielles à connaître avant de vous lancer tête baissée et éviter les erreurs que commettent tous les débutants.


Téléchargez votre guide GRATUIT

Sitôt vos informations remplies, rendez-vous dans votre boite e-mail ! Votre guide vous y attend !